DecouverteS
login:
Accueil arrow Réalisations à ce jour arrow L'école en forêt : Canapé forestier - 2012

L'école en forêt : Canapé forestier - 2012 PDF Print E-mail
fort_du_brochet_07.09.2011_08.27

Présentation

Depuis l’année scolaire 2011-2012, les élèves de 1ère à la 4ème années de Rossinière découvrent un projet passionnant : l’école en forêt. A cet effet, les élèves de Mmes Laurence Marmillod et Catherine Martin sortent une à deux matinées par mois, accompagnés par leurs enseignantes, pour se rendre en forêt. Ce moment à l’extérieur a lieu par tous les temps, dans la mesure du possible. Durant ces matinées, de nombreuses activités variées et ludiques qui exploitent ce milieu formidablement riche leur sont proposées. 

Objectifs du projet

Les enseignantes de 1-4P de Rossinière ont ressenti le besoin d’offrir un espace plus étendu que leurs salles de classe à leurs petits élèves de 4 à 8 ans. En effet, les enfants de cet âge sont pleins de vie et ont un réel besoin de mouvement.

Au quotidien, les enseignantes cherchent à apporter aux enfants une palette la plus large possible d’activités afin de développer et d’assouvir leur curiosité.Cependant la richesse du milieu forestier leur permet d’exploiter plusieurs domaines abordés dans les classes.

La forêt permet d’adapter la quasi-totalité des leçons qui sont habituellement proposées en classe. Les élèves sont tantôt en leçon d’éducation physique en jouant à cache-cache, en psychomotricité lors de construction de cabanes, en arts visuels avec la technique du land art, en langage lorsque des histoires leur sont racontées, en mathématiques lorsqu’ils comptent des pives, en perceptions grâce à toutes les odeurs, les textures, les couleurs qu'offre la forêt.

Au-delà des aspects pédagogiques du projet, l'apprentissage de la socialisation est omniprésent.

cervelas2

Mise en oeuvre du projet

Lors de leurs premiers pas à l’école, les enfants se trouvent dans un moment de leur développement dans lequel les habitudes et les constances sont indispensables. Ainsi, pour que chaque enfant trouve ses repères, il est important de se rendre chaque fois au même endroit. Toutes les sorties sont ponctuées de rituels  tels que l’arrivée à l’orée de la forêt, les règles de comportements, le goûter, …

La mise sur pied d'un tel projet nécessite une collaboration entre enseignantes pour la mise en place des sorties ainsi qu'une collaboration avec les parents.

Afin de trouver encore plus d’outils pour organiser ces moments d’école à ciel ouvert, l’une d’entre nous, Laurence Marmillod, a suivi un cours de formation continue divulgué par une pédagogue spécialiste de l’école en forêt qui est aussi l’auteur d’un livre : "Les enfants des bois" de Sarah Wauquier, aux éditions Books on Demand.

Qu'est-ce qu'un canapé forestier ?

canape_forestier3

Le canapé forestier consiste en une sorte de cahute circulaire très primitive. Les murs sont faits de branchages empilés entre des pieux plantés en deux cercles concentriques. Au-dessus de ce cercle de branchages, une corde est tendue entre deux arbres et permet, par temps pluvieux d’y pendre une bâche en guise de toit. Au centre du canapé, il y a le foyer pour cuisiner.

Cette structure est une référence visuelle : "notre" endroit en forêt, c’est là. C’est un château-fort d’où tout part et où tout revient. C’est le départ des explorations, des jeux et conquêtes, et aussi le refuge où les enfants viennent se replier en sécurité. C’est le foyer, l’âtre, la cuisine, la chaleur. 

La construction d’un canapé demande du travail, mieux vaut être nombreux. Chaque enfant et accompagnant se saisissent de deux bâtons aux dimensions réduites. Munis de ces accessoires, tous forment un cercle et s’assoient au sol. À la dimension de cercle correspondra celle du canapé : chacun fiche ses deux bâtons en terre : un devant et un derrière lui. C'est le tracé du canapé. Puis, ces jalons sont remplacés par de solides pieux.

Le dossier nécessite environ 40 pieux de 5 à 10 cm de diamètre et de 1,5 à 2 m de long. Choisir du bois de résineux (épicéa) ou alors du chêne ou châtaignier, afin d’éviter qu’il ne pourrisse. Appointir les pieux à la hache sur un billot. On peut éventuellement les durcir sur le feu. Les planter avec une masse à la place des marquages de cercle extérieur. Ces pieux dépassent du sol d’environ 1 mètre, de façon à ce que le dossier dépasse la hauteur des épaules lorsqu’on est assis.

invention_cabane_7
Un second cercle de pieux est placé à environ 30 cm à l’extérieur du précédent. L'espace entre les deux cercles est rempli avec des branches. En même temps, le siège peut être construit. Il nécessite environ 20 pieux d’une hauteur de 50-60 cm, diamètre 4-5 cm, qui sont fichés en terre à la place des marqueurs du cercle intérieur. Ces pieux ne dépasseront du sol que de 30 cm.

Pour le remplissage, de grosses branches sont utilisées, afin d’avoir une assise stable, puis leur diamètre diminue au fur et à mesure que l’on s’approche du niveau final. Enfin, en guise de capitonnage, le tout est recouvert d’une couche moelleuse de brindilles et de fougères. Une ouverture est laissée dans le cercle pour les allées et venues.

D’autres aménagements peuvent être réalisés : un compost, des sièges et des tables de travail, des toilettes "sèches" (trou dans le sol avec un support en bois sur lequel les enfants peuvent s’asseoir) et des places de jeux (balançoires, toiles d’araignées, etc.).

(texte en partie tiré de Sarah Wauquier)

discussion_en_foret
cervelas1